Un Tatiana de Rosnay sorti des archives…

… Car j’adore cette auteur ! Je pourrais vous en recommander plusieurs ouvrages, mais Elle s’appelait Sarah semble être une première lecture de choix, tant ce roman est celui qui a propulsé Tatiana de Rosnay au rang d’auteur à succès de dimension internationale !

Française, de souche britannique, ayant trainé ses bottes entre la France, l’Angleterre et les Etats-Unis, Tatiana de Rosnay possède la sensibilité pour nous propulser par son écriture dans les ressentis des personnages, les émotions et de partager les joies et drames de leur vie comme s’il s’agissait de nous-même.

Une plume épreinte d’empathie et d’affect pour les personnages crées, personnages si précisément décrits qu’ils en paraissent réels.

Une double histoire sous forme de tranche de vie, survenant dans des contextes historiques et sociaux très différents :

Julia, journaliste américaine mariée à un français, rédige un article sur l’une des pages les plus sombres de l’histoire française, la rafle du Vel d’Hiv.

Sarah, enfant juive parisienne à l’époque de l’Occupation, déportée avec sa famille, connaît un tout autre sort.

19481411

Ces deux histoires vont pourtant s’entremêler, déteindre l’une sur l’autre, bouleverser les protagonistes dans leur chair et ce qu’ils croyaient être leur histoire et leurs origines.

Un roman très centré sur l’émotion, laissant toutefois au lecteur achevant cet ouvrage, la question du devoir de mémoire. Quelle doit-être notre position face aux horreurs commises sur notre territoire il y a plus de deux générations? Dans quelle mesure doit-on garder trace du passé, se souvenir, se rappeler, transmettre ce poids aux générations futures? Le fait de connaître son passé nous en libère-t’il?

Zakhor, Al Tich kah. Souviens-toi, n’oublie jamais.

Pour les allergiques à la lecture, l’adaptation cinématographique datant de 2010 reste une alternative possible, pour y découvrir l’interprétation de Kristin Scott Thomas.

EE Schmitt : trilogie volume d.ieu

Oscar et la dame rose… Un mini roman qui se dévore en une journée.

Vous souhaitez vous faire tirer les larmes et vous avez quelques heures devant vous ? Foncez le récupérer dans une bonne librairie d’occasion ! (Je l’ai, pour ma part, déniché à La ressourcerie du 11e, une vraie mine d’or pour des bouquins à prix libres, j’en ferais d’ailleurs le sujet d’un prochain article.)

Concentré en une grosse centaine de pages, les notions philosophiques majeures de l’être humain : la vie, la mort, leur sens, la maladie, le lien, le soin, la foi…et l’épineuse question de la vérité, parfois si froide et injuste qu’on peine à l’assumer, à la dire, à l’affronter.

Eric Emmanuel Schmitt - Oscar et la Dame en roseL’ouvrage décrit le point de vue d’Oscar, enfant malade, à travers ses lettres à d.ieu, avec qui il entretient une brève correspondance sur les conseils d’une blouse rose surnommée Mamie Rose.

Lire la suite

Denis Marechal, on ne sait pas ce qui lui a pris !

Dans l’ombre de la Rue du Temple, avec chaleur et proximité, Denis Maréchal aborde des sujets classiques : Ruptures, aléas des relations hommes/femme et du couple, envie d’enfants…

IMG_20150327_225928

Un fin fil conducteur toutefois facile à attraper, déroulé énergiquement sans pour autant tomber dans l’excès de vitesse

ou la course à la vanne façon stand up :

Denis Maréchal laisse le temps au public de construire sa part du moment, dans l’ici et maintenant, adaptant ses sketchs aux réactions de son auditoire et vannant sans phrases préfaites avec bienveillance et autodérision.

Lire la suite

J’ai envie d’un fond sonore là maintenant tout de suite ! Les playlists recommandées par Katips

123363b_bruit

On bosse sur ce projet/pour ce client/sur sa thèse/ce devoir, pour enfin faire cette compta/remplir cette feuille d’impôt, pour couvrir les bruits de bébé qui pleurent/des voisins bien décidés à faire un bébé qui pleurera peut être moins fort qu’eux on l’espère/des travaux en bas de chez moi.
(Rayez la/les mention(s) inutile(s)).

Et dans ces cas, on pourrait payer, courir tout nu dans la rue, pleurer, tuer, ou pire…. pour avoir du silence !

A défaut, si c’est impossible, on peut déjà s’isoler phoniquement avec un bon casque ou de simples écouteurs, et lancer une playlist qui dépote, pour se noyer dans le bon son et oublier les petits désagréments sonores qui nous entourent.

Si vous avez déjà fait tourner la playlist Katips dispo par ici, voici quelques autres idées : Lire la suite

Parfois la vie, … What the F$#@ ?

Si pour passer maître en stand up, il vous faudra secouer les zygomatiques de votre auditoire chaque trente secondes, Redouanne Harjane réussit le pari de réchauffer les joues et le coeur, malgré un ton plutôt sarcastique et une acidité à peine dissimulée dans sa dépeinte du monde actuel.

Le trentenaire formé au Cours Simon est également un mélomane averti. Son spectacle, très imprégné de son talent musical à la guitare, est rythmé de chansons absurdes qui font pensé aux compositions des WrigglesLire la suite

Colors ! (And guests…) – vitrine de l’EFIT mais pas seulement !

Chocolat, Blue, Yellow, Purple, Émeraude ou Guest star invitée, Colors donne libre choix au public des personnages impliqués, des situations et du début de l’intrigue.

Les cinq compères, pour la plupart enseignants à l’EFIT, ont monté un spectacle relativement classique dans le monde de l’impro, basé sur des situations imaginées par les spectateurs pour se jauger, créer, collaborer ou se mettre en difficulté ensemble sur scène.

Lire la suite

Eux !

En 2015, Bio fait souvent référence à un truc qui se mange…

Eux prennent un parti différent et lancent leur compagnie d’impro’ à la découverte d’un héros crée de toute pièce par les spectateurs.

Il vous sera donc donné la possibilité d’exercer votre créativité… et votre côté vicieux :), pour semer d’embûches l’exercice d’improvisation des trois compères sur scène. Lire la suite