Bref 60 minutes avec Kheiron

Vous l’avez découvert dans la série Bref, portrait craché de votre copain super choppeur toujours prêt pour un conseil mais jamais vu accompagner pour rentrer de soirée.
Vous avez aimé son film, Nous trois sinon rien, touchante épopée de ses parents opposés au régime iranien.

Et bien nous aussi, c’est pourquoi nous sommes allés passer 60 minutes avec Kheiron.
L’artiste a investi le Caveau de la République et c’est complet depuis des mois, la grande salle aux sièges non numérotés vous impose de venir en avance si vous voulez assister et rire aux premières loges.

En mode stand up, Kheiron déroule les blagues à la vitesse d’une mitraillette dans un objectif participatif poussé à l’extrême. Sollicitant le public constamment, il dit construire son spectacle au gré des témoignages de spectateurs, et vous sollicitera pour décrire des histoires vécues, des moments de votre vie qui feront pour sûr l’objet de vannes.

Une bonne ambiance et un esprit altruiste, on retrouve toute la dimension humaniste qu’on attendait de cet humoriste, et on passe un excellent moment. Il est à nuancer toutefois qu’à avoir regardé des vidéos sur YouTube datant d’il y a plusieurs années, j’ai pu revoir des blagues et des développements du spectacle repris au mot près. Ceci rompt quelque peu le charme et la sensation d’avoir vécu un spectacle « sur le moment » et différent chaque soir. 

Cette soirée fut tout de même l’objet de réels échanges et d’une heure de rigolade!

À noter car très singulier : Cayonne offre la possibilité aux spectateurs de laisser leur e-mail pour bénéficier d’une nouvelle séance gratuitement. Si vous n’avez pas apprécié le spectacle du soir ou si vous avez trouvé le public un peu trop plan plan, vous pourrez revenir vous offrir une seconde chance de raconter une histoire à Kheiron. Si toutefois vous n’avez pas peur de subir un torrent de boutades

Au caveau de la république le week-end, 60 minutes avec Kheiron tarif 32 €

http://www.lerepubliqueparis.fr/programmation/kheiron/

Denis Marechal, on ne sait pas ce qui lui a pris !

Dans l’ombre de la Rue du Temple, avec chaleur et proximité, Denis Maréchal aborde des sujets classiques : Ruptures, aléas des relations hommes/femme et du couple, envie d’enfants…

IMG_20150327_225928

Un fin fil conducteur toutefois facile à attraper, déroulé énergiquement sans pour autant tomber dans l’excès de vitesse

ou la course à la vanne façon stand up :

Denis Maréchal laisse le temps au public de construire sa part du moment, dans l’ici et maintenant, adaptant ses sketchs aux réactions de son auditoire et vannant sans phrases préfaites avec bienveillance et autodérision.

Lire la suite

Parfois la vie, … What the F$#@ ?

Si pour passer maître en stand up, il vous faudra secouer les zygomatiques de votre auditoire chaque trente secondes, Redouanne Harjane réussit le pari de réchauffer les joues et le coeur, malgré un ton plutôt sarcastique et une acidité à peine dissimulée dans sa dépeinte du monde actuel.

Le trentenaire formé au Cours Simon est également un mélomane averti. Son spectacle, très imprégné de son talent musical à la guitare, est rythmé de chansons absurdes qui font pensé aux compositions des WrigglesLire la suite

Colors ! (And guests…) – vitrine de l’EFIT mais pas seulement !

Chocolat, Blue, Yellow, Purple, Émeraude ou Guest star invitée, Colors donne libre choix au public des personnages impliqués, des situations et du début de l’intrigue.

Les cinq compères, pour la plupart enseignants à l’EFIT, ont monté un spectacle relativement classique dans le monde de l’impro, basé sur des situations imaginées par les spectateurs pour se jauger, créer, collaborer ou se mettre en difficulté ensemble sur scène.

Lire la suite

Donel Jacksman round II

Le premier, j’y suis allée à l’aveugle, pour accompagner une amie qui l’avait découvert dans une émission télé (Venir à Paris c’est voir les gens en vrai yahou !)
Autant le second, je ne pourrais me défiler, j’y suis allée de mon plein gré !

Un stand up de qualité à la sauce US se doit d’agiter les zygomatiques de son audience à minima toutes les 20 secondes. Sinon faut rajouter des rires off (cf. Blagues de Chandler Friends Saison 1).

Je dois dire que son premier spectacle m’a semblé plus long par deux aspects :
– 1 : j’ai peu ri, ou plutôt souris, enfin pas l’éclate quoi…
– 2 : j’ai la réelle impression qu’il durait plus longtemps…plutôt 1h30 qu’1h.

Au-delà d’être plus bref, plus drôle et plus incisif, ce nouvel épisode est également :
– moins cliché (sauf pr les noirs et le poulet, conduit avec teeellement de bienveillance que ça ferait rire les
– plus mature (la diction s’en ressent, je pourrais presque le recommander à mon père sans craindre ses éternelles remontrances sur le rythme de parole des plus jeunes)
– plus affirmé (on apprécie les vannes sur ceux qui l’ont lancé, aka Ruquier et sa bande, surtout lorsque Benguigui en prends pour son grade) Lire la suite

Graine de comédiens

Parmi les nombreuses écoles de théatre que compte la capitale, il y en a une dont le nom évoquera quelque chose aux initiés comme aux novices : Les cours Florent.

Crées en 1967, les cours Florent ont vu passé dans leurs murs quelques grands noms (Adjani, Baer, Canet, Elbaz, Elmaleh, Garcia et j’en passe, pour ne citer que les acteurs de cinéma, et les plus connus…).

Parmi tout ses élèves et d’autres apprentis comédiens, l’école sélectionne chaque année les élèves au meilleur potentiel pour former une promotion singulière : La classe libre.

Dirigée par Jean-Pierre Garnier, cette classe rassemble les meilleurs éléments, et contient pour sur des noms dont vous entendrez tôt ou tard parlé. Dans le cadre de leur formation, ces étudiants donnent des représentations gratuites auxquelles tout les étudiants de Florent assistent, mises en scène par leurs professeurs.

Ce samedi avait lieu une représentation de la pièce Jeunesse sans D.ieu (Adapté du roman de Ödön von HORVATH, paru en 1938). Deux heures de spectacle dans un contexte qui n’est pas sans appeler La Vague (film de Denis Gansel, 2008) où des élèves tombent peu à peu dans l’idéologie nazi suite à un « jeu pédagogique » organisé par leur professeur.

florent

Dans Jeunesse sans D.ieu, le professeur d’Histoire-Géographie, atteré par les propos racistes retrouvés dans la copie d’un élève, voit sa réputation ternie et sa carrière menacée. Son malaise le poussera jusqu’à se rendre responsable d’un drame lors d’une sortie de classe.

On notera le rythme, la polyvalence et l’implication de cette promotion de 2e année de la Classe Libre, qui révèle déjà certains talents, dont Paul-Emile PETRE, Alice ISAAZ et Mathieu Métral, particulièrement justes et touchants dans leurs rôles.

Il pleut sur Nantes, Barbara ne mentait pas!

Perché sur la butte St Anne et offrant à ses fenêtre une vue sur un bras de la Madeleine et l’île de Nantes, le musée Jules Verne (natif de Nantes) nous fait replonger dans les univers successifs qui ont fait le succès de ses livres. 

Une mini bio de ses héros principaux traduit la complexité des personnages phare de l’auteur, de Phileas Fogg au Capitaine Nemo.

Visiter ce petit musée m’a rappelé l’une des pièces que j’ai le plus aimé l’an passé : le tour du monde en 80 jours.
tour

Anciennement au café de la gare et actuellement joué au Splendid, cette pièce est certainement celle qui m’aura fait le plus rire. Truffée d’anachronismes et de références/clins d œil à l’actualité, ceux qui apprécient l’interaction entre acteurs et spectateurs seront ravis. Dans un espace très intimiste, les trois acteurs nous transportent de Londres aux Indes, jusqu’au pays de l’Oncle Sam, dans une mise en scène réellement « tout public » ou les enfants pourront découvrir l’histoire de ce classique de manière ludique.

Tout en autodérision, cette pièce au rythme très soutenu ne laissera pas votre jauge de bonne humeur retomber, et permet de découvrir cette course poursuite décrite par Verne à une époque ou voyager à cette vitesse semblait farfelu. Une adaptation déjantée d un auteur devenu classique mais non moins visionnaire, du comique sincère et de bien meilleure qualité à mon sens que beaucoup de boulevards. À voir!

Au Splendid jusqu’au 30 mars 2013
En vente sur tout les bons sites de tickets théâtre!
Durée : 1h25
Prix : de 20 à 30 €