Bref 60 minutes avec Kheiron

Vous l’avez découvert dans la série Bref, portrait craché de votre copain super choppeur toujours prêt pour un conseil mais jamais vu accompagner pour rentrer de soirée.
Vous avez aimé son film, Nous trois sinon rien, touchante épopée de ses parents opposés au régime iranien.

Et bien nous aussi, c’est pourquoi nous sommes allés passer 60 minutes avec Kheiron.
L’artiste a investi le Caveau de la République et c’est complet depuis des mois, la grande salle aux sièges non numérotés vous impose de venir en avance si vous voulez assister et rire aux premières loges.

En mode stand up, Kheiron déroule les blagues à la vitesse d’une mitraillette dans un objectif participatif poussé à l’extrême. Sollicitant le public constamment, il dit construire son spectacle au gré des témoignages de spectateurs, et vous sollicitera pour décrire des histoires vécues, des moments de votre vie qui feront pour sûr l’objet de vannes.

Une bonne ambiance et un esprit altruiste, on retrouve toute la dimension humaniste qu’on attendait de cet humoriste, et on passe un excellent moment. Il est à nuancer toutefois qu’à avoir regardé des vidéos sur YouTube datant d’il y a plusieurs années, j’ai pu revoir des blagues et des développements du spectacle repris au mot près. Ceci rompt quelque peu le charme et la sensation d’avoir vécu un spectacle « sur le moment » et différent chaque soir. 

Cette soirée fut tout de même l’objet de réels échanges et d’une heure de rigolade!

À noter car très singulier : Cayonne offre la possibilité aux spectateurs de laisser leur e-mail pour bénéficier d’une nouvelle séance gratuitement. Si vous n’avez pas apprécié le spectacle du soir ou si vous avez trouvé le public un peu trop plan plan, vous pourrez revenir vous offrir une seconde chance de raconter une histoire à Kheiron. Si toutefois vous n’avez pas peur de subir un torrent de boutades

Au caveau de la république le week-end, 60 minutes avec Kheiron tarif 32 €

http://www.lerepubliqueparis.fr/programmation/kheiron/

Publicités

Martin Martin découvre ses racines…

Ele_porteur_d_histoirelle tourne depuis 2011 mais la salle de désemplit pas. Les clés de succès résident sans nul doute dans l’originalité du texte, et dans la mise en scène difficile que ce dernier impose (mise en scène plébiscitée aux Molières).

Le porteur d’Histoire nous emmène à la découverte des racines de Martin Martin, personnage qui jonglera tout au long de cette pièce entre l’Histoire avec un grand H, et l’histoire qui est la sienne et celle de ces ancêtres.

La question centrale de cette pièce ne se fait pas attendre et est posée dès le prologue, « D’abord qu’est-ce que l’Histoire ? Avec un grand H ? […] C’est ce qui nous définit en tant qu’êtres humains. »

Lire la suite

Parfois la vie, … What the F$#@ ?

Si pour passer maître en stand up, il vous faudra secouer les zygomatiques de votre auditoire chaque trente secondes, Redouanne Harjane réussit le pari de réchauffer les joues et le coeur, malgré un ton plutôt sarcastique et une acidité à peine dissimulée dans sa dépeinte du monde actuel.

Le trentenaire formé au Cours Simon est également un mélomane averti. Son spectacle, très imprégné de son talent musical à la guitare, est rythmé de chansons absurdes qui font pensé aux compositions des WrigglesLire la suite

Colors ! (And guests…) – vitrine de l’EFIT mais pas seulement !

Chocolat, Blue, Yellow, Purple, Émeraude ou Guest star invitée, Colors donne libre choix au public des personnages impliqués, des situations et du début de l’intrigue.

Les cinq compères, pour la plupart enseignants à l’EFIT, ont monté un spectacle relativement classique dans le monde de l’impro, basé sur des situations imaginées par les spectateurs pour se jauger, créer, collaborer ou se mettre en difficulté ensemble sur scène.

Lire la suite

Donel Jacksman round II

Le premier, j’y suis allée à l’aveugle, pour accompagner une amie qui l’avait découvert dans une émission télé (Venir à Paris c’est voir les gens en vrai yahou !)
Autant le second, je ne pourrais me défiler, j’y suis allée de mon plein gré !

Un stand up de qualité à la sauce US se doit d’agiter les zygomatiques de son audience à minima toutes les 20 secondes. Sinon faut rajouter des rires off (cf. Blagues de Chandler Friends Saison 1).

Je dois dire que son premier spectacle m’a semblé plus long par deux aspects :
– 1 : j’ai peu ri, ou plutôt souris, enfin pas l’éclate quoi…
– 2 : j’ai la réelle impression qu’il durait plus longtemps…plutôt 1h30 qu’1h.

Au-delà d’être plus bref, plus drôle et plus incisif, ce nouvel épisode est également :
– moins cliché (sauf pr les noirs et le poulet, conduit avec teeellement de bienveillance que ça ferait rire les
– plus mature (la diction s’en ressent, je pourrais presque le recommander à mon père sans craindre ses éternelles remontrances sur le rythme de parole des plus jeunes)
– plus affirmé (on apprécie les vannes sur ceux qui l’ont lancé, aka Ruquier et sa bande, surtout lorsque Benguigui en prends pour son grade) Lire la suite

C’est Darnand qui t’envoie !

Lorsqu’on se penche sur l’intrigue du roman La compagnie des Spectres (Écrit par Lydie Salvayre et paru en 1997), on comprends que le centre du livre est la relation mère-fille, décrite dans toute sa complexité, entre bienveillance d’une fille face à sa mère qui perd pieds, et amour sans bornes d’une mère pour ses enfants. Cette mère pour qui le temps s’est arrêté à la mort de son fils, et qui a entrainé sa fille et leur deux vies dans cet enfer, constitue déjà un rôle compliqué de part son oscillation constante entre passé et présent.

Zabou Breitman a pris le parti de jouer tout les rôles seule, et c’est réussi. Entrainés et maintenus en haleine grâce à un texte très rythmé, l’actrice prends toutefois le temps de détricoter la trame de chacun des trois personnages coincés malgré eux dans ce huit clos : L’huissier, qui tente de résister à l’angoisse ambiante qui règne dans l’appartement qu’il perquisitionne, la fille, qui jongle entre la réalité glaciale de leur situation et le passé fictif dans lequel elle rejoint parfois sa mère, et enfin cette mère pour qui tout semble s’être arrêté. Lire la suite

Des fleurs pour Algernon – Théatre du petit St Martin

Monologue de Grégory Gadebois
Inspiré du roman de Daniel Keyes (1959)
Mise en scène Anne Kessler

Une heure trentre d’un monologue pudique dans un décor minimaliste, dans une salle où l’on entend les mouches voler, tant le public est transporté dans l’imaginaire et la science-fiction de Daniel Keyes traduite avec émotion, pudeur et sincérité par Grégory Gadebois.

Seul sur sa chaise, face à la salle et surtout face à lui-même, le personnage nous entraîne dans le projet fou de deux scientifiques : tripler le quotient intellectuel d’un humain. Fort de leur (présumée) réussite chez une souris, deux scientifiques vont appliquer leur méthode sur Charlie Gordon, jeune homme un peu simplet subissant les moqueries de ses collègues.

Une expérience réussie qui entraîne le jeune Charlie dans une toute autre vie : fort de ses nouvelles aptitudes intellectuelles, ce dernier verra sa vie se transformer au gré de ses apprentissages et du regard de autres…jusqu’à la chute.

408663399668149
Copyright photo Laurencinelot

Grégory Gadebois passe l’épreuve du monologue avec succès, et mène le spectateur là ou il l’entends sans artifice ni faux semblants. Une émotion sincère pour un homme qui semble puiser son talent d’acteur dans la vie réelle plutôt que dans des techniques de jeu.

Une réussite de plus pour celui qui aura intégré puis quitté la Comédie Française après une formation théatrale atypique.

Actuellement du mardi au dimanche au Théatre du petit St-Martin
http://www.petitsaintmartin.com/spectacle/piece/des-fleurs-pour-algernon
Durée : 1h30
Prix : 30€ prix unique